jeudi 7 décembre 2017

Jean d'Ormesson : hommage à la langue Française !


Que vous soyez fier comme un coq
Fort comme un bœuf
Têtu comme un âne
Malin comme un singe
Ou simplement un chaud lapin
Vous êtes tous, un jour ou l'autre
Devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche
Vous arrivez à votre premier rendez-vous
Fier comme un paon
Et frais comme un gardon
Et là ... Pas un chat !
Vous faites le pied de grue
Vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin
Il y a anguille sous roche
Et pourtant le bouc émissaire qui vous a obtenu ce rancard
La tête de linotte avec qui vous êtes copain comme cochon
Vous l'a certifié
Cette poule a du chien
Une vraie panthère !
C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour
Mais tout de même, elle vous traite comme un chien
Vous êtes prêt à gueuler comme un putois
Quand finalement la fine mouche arrive
Bon, vous vous dites que dix minutes de retard
Il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard
Sauf que la fameuse souris
Malgré son cou de cygne et sa crinière de lion
Est en fait aussi plate qu'une limande
Myope comme une taupe
Elle souffle comme un phoque
Et rit comme une baleine
Une vraie peau de vache, quoi !
Et vous, vous êtes fait comme un rat
Vous roulez des yeux de merlan frit
Vous êtes rouge comme une écrevisse
Mais vous restez muet comme une carpe
Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez
Mais vous sautez du coq à l'âne
Et finissez par noyer le poisson
Vous avez le cafard
L'envie vous prend de pleurer comme un veau
(ou de verser des larmes de crocodile, c'est selon)
Vous finissez par prendre le taureau par les cornes
Et vous inventer une fièvre de cheval
Qui vous permet de filer comme un lièvre
C'est pas que vous êtes une poule mouillée
Vous ne voulez pas être le dindon de la farce
Vous avez beau être doux comme un agneau
Sous vos airs d'ours mal léché
Faut pas vous prendre pour un pigeon
Car vous pourriez devenir le loup dans la bergerie
Et puis, ç'aurait servi à quoi
De se regarder comme des chiens de faïence
Après tout, revenons à nos moutons
Vous avez maintenant une faim de loup
L'envie de dormir comme un loir
Et surtout vous avez d'autres chats à fouetter.


Billet d'humour de Jean D'Ormesson, disparu en Décembre 2017

jeudi 20 juillet 2017

La maltraitance animale, pourquoi ?



Psychologie du crime de l'exploitation animale.

Quiconque veut bien prendre la peine d'appliquer les acquis de la psychologie sociale à la relation entre humains et animaux exploités sera en mesure de prédire qu'aucune législation ne suffira à mettre fin aux mauvais traitements, sauf à interdire purement et simplement toute exploitation.

Un certain sadisme, inhérent aux pratiques d'exploitation de tout animal dont le sort sera tôt ou tard la boucherie, ne semble en effet pas avoir d'autre cause que la connaissance de ce destin par l'éleveur, le transporteur et le boucher. 

Encore vivant, l'animal est déjà de la viande par destination

Les vivisecteurs par exemple ont coutume de dire que dès l'instant où cela ne choque personne d'utiliser un animal pour en faire de la viande, rien ne s'oppose à ce qu'on l'utilise également pour n'importe quel autre usage, même s'il est plus cruel. Franchir le cap de l'abattage semble donc ouvrir la porte au sadisme.

Mais il existe une seconde raison, confirmée par d'autres observations , au développement du sadisme dans toute exploitation ou domination institutionnalisée

Imaginez que pendant la dernière guerre mondiale, vous ayez, en tant qu'officier allemand, été affectée contre votre ,volonté dans un camp d'extermination. Puisque vous n'avez pas le courage de déserter, voilà que votre fonction sociale devient celle de tuer des Juifs/Juives, des Tziganes ou des homosexuel(le)s. Il vous est évidemment impossible d'assumer cette fonction sociale dans l'indifférence. Comment vous justifier à vos propres yeux ? Suis ­je une ordure ? 

Pour éviter cela, il n'existe qu'une issue psychologique : ce sont mes victimes les salopes

C'est la seule justification possible à mon rôle de bourreau

Plus je serai sadique avec elles, plus je les considérerai comme haïssables et plus je me justifierai à mes propres yeux. Un ami dentiste m'a raconté avoir été amené au cours de ses études à opérer des mâchoires de cadavres. La réaction de beaucoup d'étudiant e s était alors de manifester une cruauté apparemment gratuite à l'encontre de ces corps morts, en leur crevant les yeux par exemple.

Cela ne relève­-t- ­il pas du même phénomène ? Si l'on vous demandait de découper le corps de quelqu'un qui vient de mourir et contre qui vous n'avez aucune animosité, pourriez­ vous le faire sans la moindre gêne ? Ne serait ­ce pas plus facile si ce corps était celui d'une ordure ? Alors puisque vous êtes en position de dominant, c'est le jeu que vous allez jouer.

Si vous êtes maintenant payé pour tuer cinquante cochons par jour, au lieu de les poser par terre sans leur faire mal en les sortant du camion, vous allez les laisser tomber de deux mètres de haut pour qu'ils se cassent la colonne vertébrale, et comme cela ne suffira pas encore, vous allez leur décocher un grand coup de pied dans les côtes. Vous n'avez guère le choix.

Sinon c'est vous qui allez vous considérer comme un monstre...

On reproche souvent aux vivisecteurs leur cruauté « gratuite ». Non contents d'effectuer sur les animaux des tests et des opérations sans anesthésies, ils/elles les manipulent sadiquement, les laissent cruellement souffrir sur une table d'opération pendant leur repas, etc. Ne trouvant pas d'explication à cette cruauté, certains sous entendent volontiers que tout individu normalement constitué éviterait ces tortures inutiles et que le comportement de celles/ceux-là prouve qu'ils/elles sont des monstres. C'est ne pas comprendre qu'il s'agit pour elles/eux de la seule issue psychologique à la cruauté qu'implique leur rôle social et que chacun de nous serait très fortement tenté d'adopter la même dans un contexte semblable.

Ne peut ­on en conclure qu'à l'échelle de notre société il est utopique de vouloir mettre fin à ce type de sadisme sans renoncer à l'exploitation animale ?

Philippe Laporte


Né en 1960, Philippe Laporte commence à militer contre l’exploitation animale et contre l’automobile en ville au début des années 1990. Il est frappé par le désintérêt des militants pour les facteurs psychologiques et pour les déterminismes sociaux. Il s’oriente alors vers la psychologie sociale. Son Site : http://www.philap.fr/





dimanche 7 mai 2017

Quilapayún 1973 - Souvenirs de Résitance !

 
Mais là, je vous parle d'un temps que les moins de 20 ans, 30 ou 40 ou 50 ans ne peuvent pas connaître !

mercredi 3 mai 2017

Lettre aux amies-amis abstentionnistes




Mélenchon n'est pas au deuxième tour c'est un drame, c'est tellement un drame que l'on ne sait pas si l'on va voter à ce deuxième tour car Macron et Le Pen c'est bonnet blanc et blanc bonnet comme le veut la formule.

Alors soit n'allez pas voter. C'est votre choix mais pour qu'il soit respectable et responsable, qu'il soit assumé en connaissance de cause, faites aussi les choses suivantes :

- Commencez par aller voir vos amis immigrés , en situation irrégulière et dites leur que vous ne voterez pas pour le second tour car tout cela c'est la même chose.

- Allez voir dans les banlieues les jeunes désœuvrés et dites leur que vous comprenez leur désarroi mais que vous n'irez pas voter car Le Pen et Macron c'est la même chose.

- Allez voir des anciens des guerres qui ont subi des tortures et dites leur que Macron et le Pen c'est la même chose donc on n'ira pas voter.

- Parlez avec vos amis homos et dites leur que vous n'irez pas voter car Le Pen est Macron c'est la même chose.

- Allez voir vos amis juifs et dites leur que non les chambres à gaz ne sont pas un détail de l'histoire mais quand même Macron et Le Pen c'est pareil donc je n'irai pas voter.

- Quand vous déjeunez avec vos amis ou vos frères Africains, Asiatiques, dites leur que vous pensez que les «races » sont inégales puisque Macron et Le Pen c'est la même chose.

- Quand vous voyez des familles entières englouties en Méditerranée, soupirez en levant les épaules car Macron et Le Pen c'est la même chose ( Marine Le Pen veut repousser dans les eaux internationales les bateaux de migrants).

- Allez voir des réfugiés Syriens qui fuient leur pays en guerre parce que Assad le protégé de Poutine, tous les deux copains de Le Pen, a écrasé la révolution, massacrant sans état d'âme sa population par des gaz comme les nazis et permi l'émergence des groupes terroristes djihadistes.

- Regardez bien la photo de Marine serrant la main de Poutine qui a fait assassiner des journalistes et des opposant politiques, écrivez à ceux qui restent en Russie et dites leur que vous ne voterez pas car Le Pen et Macron c'est pareil.

- Pensez à l'Europe que nos parents ont créée pour éviter les guerres fratricides et dites leur qu'ils ont exagéré, c'était pas si grave que ça deux guerres mondiales. Le problème maintenant c'est l'Europe qui nous casse les pieds et qu'il faut en sortir, redevenir des nations isolées (quitte à avoir des menaces à peine voilées de guerre entre l’Espagne et le Royaume Uni à propos du sort de Gibraltar dès que le Royaume Uni sort de l'Union).

- Quand vous irez à l'Ile D'Yeu allez fleurir la tombe du maréchal Pétain puisque Macron et Le Pen c'est pareil ( Le Pen pense que Pétain n'est pas un traitre, tout en disant que la rafle du Vel d'Hiv, ce n'était pas la France …).

- Et si vos amis issus de l'immigration vous font part de leur frustration et leur honte d'être systématiquement suspectés et contrôlés, dites leur que c'est dommage car ça va être pire encore si MLP passe mais bon vous n'irez pas voter car Macron et Le Pen c'est la même chose.

- Allez voir les journalistes qui ont eu à faire au service d'ordre de Le Pen et dites leur que vous n'irez pas voter car Le Pen et Macron c'est la même chose.

- Il faudrait aussi aller voir la famille de Brahim Bouarram, un homme de 29 ans, noyé après avoir été jeté à la Seine par des sympathisants du FN, et dites leur bien que vous n'irez pas voter car Macron et Le Pen c'est la même chose. Tiens il faudrait aussi passer voir la famille de Clément Méric et leur expliquer que Le Pen et Macron c'est la même chose.

- Et pour finir, dites à la France que vous vous en foutez que le Front National soit le parti politique qui commet le plus d'abus, qui soit le plus poursuivi et mis en examen et de loin. Ce qui est important c'est que Macron et Le Pen c'est la même chose !


Texte qui tourne actuellement sur le net, attribué à Nicole Ferroni, chroniqueuse sur France Inter, mais dont je n'ai pas encore retrouvé la trace initiale. Même si ce texte est en fait anonyme, il dit bien les choses... (note de la bloggeuse).